Le regard d’une mère et de son fils sur le film D’Autres voix

Par Myriam Ramière et son fils Victor Von Langsdorff-Ramière

Nous avons vu pour la première fois le film d’Ivan Ruiz «D’autres voix » au cinéma Jean Eustache de Pessac. Venus en famille avec notre fils Victor, jeune adulte dit « autiste », nous sommes sortis de la projection à la fois émus et joyeux, avec le sentiment que, oui … c’était bien cette approche et cette sensibilité que nous avions envie de partager et faire partager à propos de l’autisme. Par delà l’émotion, ce film touche en nous quelque chose de très profond car il invite à l’écoute, propose une pensée en mouvement. Il se refuse au voyeurisme.

 

Photo © François Moraud

Photo © François Moraud

Pour ma part, j’ai été frappée par le témoignage de cette psychiatre  qui racontait comment elle s’était questionnée sur ses pratiques avec le sentiment d’apporter si peu aux enfants qu’elle soignait pour finalement se tourner vers la psychanalyse. Je crois effectivement que l’autisme nous questionne. Il questionne l’individu, le parent ou le soignant mais aussi le membre du corps social que nous sommes. Je crois que les réponses « en kit » proposées par certaines méthodes dites éducatives ne permettent guère de laisser la place au questionnement et par là même, à la pensée libre et créatrice.

Nous avons poursuivi la discussion sur le film à la maison, en particulier avec Victor. Il avait aimé le film mais n’avait pas osé parlé devant toute la salle le soir de la projection. Il m’avait alors fait remarquer en aparté qu’il était un peu gêné d’être présenté comme « autiste » car, après tout, il considérait qu’il y avait un peu d’autisme en chacun de nous.

Je trouve très juste et légitime de la part de mon fils de protester contre cet « étiquetage » qui, de catégories en sous catégories (autiste, autiste non spécifié, atypique… c’est la tendance), émiette toujours plus la perception de l’autre en oubliant au passage d’écouter ce que l’individu a à dire sur lui-même.

Nous avons alors convenu tous les deux d’échanger nos impressions sur le film par écrit, dans un texte « à deux voix » pour continuer la réflexion. Voici le texte que m’a livré Victor :

 « J’ai bien aimé le film parce qu’il traitait bien des différentes manifestations de l’autisme : l’isolement, le mutisme. Cela m’a intéressé parce que je me suis retrouvé dans le personnage d’Albert. J’ai aussi aimé les témoignages des parents car ils racontent les différents moyens qu’ils ont utilisés pour faire progresser leur enfant (par exemple des parents d’un enfant autiste se sont servis de son intérêt pour les courses d’automobiles pour lui faire apprendre la géographie). J’ai trouvé intéressant le regard des parents ; ils ont d’abord été profondément choqués en apprenant que leur enfant était autiste et puis ils l’ont accepté comme une manière différente de fabriquer son identité.
 
La psychanalyse, dans ce film, permet de mieux comprendre l’autisme et d’aider les jeunes à être plus autonomes, à vivre normalement tout en étant différents des autres.
Le témoignage d’Albert m’a plu car j’ai pu mieux comprendre le ressenti d’un autiste (comme moi). Il montre comment combattre contre les préjugé  (Albert s’est fait un ami malgré ses problèmes psychiques et celui-ci l’accepte tel qu’il est).

L’autisme est, pour moi, une forme de différence  comme d’autre et non pas une maladie ou une anormalité chez l’enfant. »

Publicités

A propos LaMàO1

« La main à l’oreille » a été créée par des parents et amis de personnes autistes, avec pour objectif de promouvoir une approche qui prenne en compte leur subjectivité et accueille leurs inventions. Nous considérons qu’une place doit être faite, dans la Cité, au mode d’être autistique, sans se référer à une norme sociale ou comportementale. Dans l’éventail de leurs expressions, les autistes nous montrent qu’aucune personne autiste n’est pareille à une autre, comme il en est pour tout un chacun. Ils confirment ainsi que l’autisme, inséparable de la personne, ne la résume pas. Nous souhaitons en témoigner dans notre association.
Cet article, publié dans Paroles autour du film D'Autres voix, Projection D'Autres voix à Bordeaux, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.