Un poème de Jim Sinclair

J’ai construit un pont, un poème de Jim Sinclair

« C’est le premier de mes poèmes qui a été publié, dans le numéro de printemps de «The MAAP », annexé à une lettre à l’éditeur sur l’empathie . Il a été ensuite repris par quelques autres publications. C’est aussi le poème dont j’ai le plus souvent souhaité n’avoir jamais autorisé la publication, car les gens l’interprètent aussi systématiquement mal comme s’il était sur la solitude, ou le rejet, ou d’autres concepts sociaux neurotypiques qui n’ont rien à voir avec ce que je ressentais la nuit où je l’ai écrit avant 1986. C’est sur la blessure, la frustration et la colère qui viennent de faire face à des gens pour qui rien de ce que je ne puisse faire n’est jamais assez. » Jim Sinclair



J’ai construit un pont
de nulle part, à travers le néant
et me demandais s’il y aurait quelque chose de l’autre côté.

J’ai construit un pont
de brouillard, à travers les ténèbres
et espérais qu’il y aurait la lumière de l’autre côté.

J’ai construit un pont
par désespoir, à travers l’oubli
et je savais qu’il y aurait de l’espoir de l’autre côté.

J’ai construit un pont
hors de l’impuissance, à travers le chaos
et espérais qu’il y aurait la force de l’autre côté.

J’ai construit un pont
pour sortir de l’enfer, à travers la terreur
et ce fut un bon pont, un pont solide, un beau pont.

C’était un pont, je l’ai moi-même construit,
avec seulement mes mains comme outil, mon obstination pour les appuis,
ma foi pour les travées, et mon sang pour les rivets.

J’ai construit un pont, et l’ai traversé,

Mais il n’y avait personne pour me rencontrer de l’autre côté.

Un pont

Advertisements
Cet article, publié dans Les grands écrits, Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.