Soutien aux droits des patients aux soins de secteur

La main à l’oreille soutient la pétition

« DEFENDONS LES DROITS DES PATIENTS AUX SOINS DE SECTEUR »

HALTE A LA LOGIQUE IN-HOSPITALIERE EN PSYCHIATRIE

Le secteur de psychiatrie infanto-juvénile du 14ème arrondissement de Paris est actuellement menacé dans l’exercice de ses missions de soins auprès des enfants et des familles dont il a la charge.

Un projet de regroupement de plusieurs sites de consultation du 14ème, nommé « Projet Nouvel IPP Centre Référence Enfance » est en cours, piloté par l’administration de l’Hôpital Sainte-Anne. Cette dernière veut imposer un déménagement dès juillet 2014 sans aucune concertation ni réflexion préalables autour d’un projet médical de soins.

Le secteur de psychiatrie infanto-juvénile du 14ème a évolué depuis 40 ans, en privilégiant le travail en petites unités réparties sur l’arrondissement. Il fonctionne actuellement autour de 3 structures distinctes :

–         l’Unité Petite et Jeune Enfance dans l’hôpital Sainte-Anne,

–         la consultation des 6-12 ans rue du Père Corentin,

–         la consultation adolescents rue de Ridder.

Cette répartition en  petites structures à « taille humaine » nous aide à assurer au quotidien nos missions de secteur dans les meilleures conditions. La différenciation des sites de consultation permet également une prise en charge au plus près des besoins des enfants et de leurs familles.

Notre maillage institutionnel de proximité avec les écoles, les services médico-sociaux et les différents professionnels de l’enfance, construit avec le temps, est en passe d’être démantelé. Or, les évolutions cliniques et l’augmentation de la demande de soins rendent au contraire nécessaire son renforcement.

La réalisation du projet Centre Référence Enfance, avec concentration des soins de secteur et des consultations spécialisées non sectorisées sur un même lieu  l’ancien Institut de Puériculture Boulevard Brune – avec qui nos équipes respectives ont toujours travaillé en complémentarité – va provoquer, outre la suppression de nombreux emplois, une régression vers des soins hospitalo-centrés, plus impersonnels et indifférenciés, plus difficiles d’accès pour des enfants en voie d’autonomisation.

Ce projet nous semble être une nouvelle attaque de la sectorisation psychiatrique en France et de l’articulation des soins avec la cité.

REJOIGNEZ LE COLLECTIF 14 !

Signez la pétition pour la défense des pratiques de secteur et des patients
en cliquant sur le lien

Advertisements
Cet article, publié dans Débat et réactions, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.