Conversation dans la cour de l’école

Conversation dans la cour de l’école

Par Alexandra Dauplay-Langlois

Un soir de septembre, je suis allée à la réunion de rentrée d’un de mon fils Zadig qui est en Ce1. Cette école, je la connais bien, son grand frère, Mahé, y avait été scolarisé en CP il y a quelques années, avant d’entrer dans la Clis (1) d’une autre école.

La directrice a présenté comme chaque année l’équipe : les institutrices et instituteurs, en terminant par l’institutrice de la Clis. Comme les autres années, rien de plus n’a été ajouté sur l’accueil des enfants différents. Pas même une explication concernant la Clis ! N’y tenant plus, j’ai demandé à la fin de la réunion, comment il se trouvait que l’on n’en dise pas plus sur l’accueil de ces enfants différents qui passent la journée à l’école avec les autres et dont le comportement peut parfois paraître étrange. La directrice a convenu que c’était une bonne idée de dire quelques mots sur ces enfants et a donné la parole à l’institutrice de la Clis.

Un peu plus tard, deux enfants sont venus me chercher pour me dire que Mahé avait lancé un freesbee sur la joue d’un petit garçon. Après m’être assurée que mon fils s’était bien excusé auprès de ce petit garçon, je suis partie à sa recherche. Caché dans les toilettes, je lui ai dis que je n’allais pas le gronder mais juste éclaircir cette histoire de freesbee avec lui et le petit garçon.

Je me suis alors retrouvée au milieu d’une bonne dizaines d’enfants !

Moi : Mahé, tu as donc lancé le freesbee sur ce petit garçon ?

Mahé : Oui, parce qu’il est méchant.

Moi m’adressant au petit garçon : Ah bon ? Tu es méchant ?

Les enfants s’expliquent : En fait, le monsieur de la garderie nous a demandé ce qu’il avait Mahé. Nous, on lui a dit qu’il était autiste.

Moi : Ah, bon ? Vous lui avez dit ça, qu’il était autiste ?

( Je me suis souvenue que dans la même cour trois ans plus tôt, Mahé avait été traité par un enfant de « sale autiste » ce qui m’avait valu une discussion avec les enfants et la dame de la garderie.)

Un enfant : Oui, mais autiste ce n’est pas une insulte, ma mère est médecin.

Moi : Ah ! Non, ce n’est pas une insulte en effet. Mais pourquoi vous avez dit qu’il était autiste ?

Un autre enfant que connaît Mahé : On a dit ça, pour pas que Mahé se fasse punir.

Moi : D’accord, alors vous avez fait comme vous avez pu pour que le monsieur de la garderie ne se fâche pas contre Mahé, c’est ça ?

Un autre : Oui, pour le protéger.

Moi m’adressant à Mahé : D’accord. Tu comprends Mahé, les enfants ils ont voulu prendre ta défense et ils l’ont fait d’une façon peut-être maladroite mais l’intention n’était pas de te faire du mal. Le petit garçon n’est pas méchant. Tu es d’accord ?

Mahé : Oui, je suis d’accord, je comprends.

Moi : Tout va bien ?

Mahé : Tout va bien.

Une petite fille : Moi, je comprends la réaction de Mahé, ça me rappelle mon frère. Quand il ne sait pas comment dire les choses, il réagit en tapant ou en s’énervant.

Le lendemain, j’ai eu un échange avec le responsable de la garderie à propos de ce petit incident. Il m’a dit savoir que mon fils avait des troubles autistiques et qu’en connaissance de cause, il lui a parlé comme à un autre afin de ne pas mettre en exergue sa différence. Cette réaction m’a surprise. Il m’est alors apparu encore plus urgent qu’une sensibilisation soit faite concernant le mode d’être différent de ces enfants, à fortiori dans les écoles ayant mis en place une Clis. 

"Pez" de Mahé

« Pez » de Mahé

 
(1) Clis : classe d’inclusion scolaire
Publicités

A propos LaMàO1

« La main à l’oreille » a été créée par des parents et amis de personnes autistes, avec pour objectif de promouvoir une approche qui prenne en compte leur subjectivité et accueille leurs inventions. Nous considérons qu’une place doit être faite, dans la Cité, au mode d’être autistique, sans se référer à une norme sociale ou comportementale. Dans l’éventail de leurs expressions, les autistes nous montrent qu’aucune personne autiste n’est pareille à une autre, comme il en est pour tout un chacun. Ils confirment ainsi que l’autisme, inséparable de la personne, ne la résume pas. Nous souhaitons en témoigner dans notre association.
Cet article, publié dans Rentrée et inclusion scolaire, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s