« Autisme au singulier » // « Le ciel est bleu », à Paris le 4 décembre

Nous vous invitons  le vendredi 4 décembre prochain au vernissage de l’exposition « Autisme au singulier »… Des aRtistes en couleurs, qui sera suivi de la projection du film Le ciel est bleu parce que la nuit est éteinte, de Violette AYMÉ.

A cette occasion, Moïse ASSOULINE, coordinateur du pôle autisme de l’association « Elan retrouvé » nous fera le plaisir d’animer les débats. Seront également présents Violette AYMÉ et Mireille BATTUT, présidente de La Main à l’Oreille.

Affiche 4 décembre

A propos du film Le ciel est bleu parce que la nuit est éteinte :

« Mon film raconte une histoire et ne traite pas dʼun sujet. Il raconte lʼhistoire dʼune rencontre entre Mahé, petit garçon singulier et moi-même tout dʼabord baby-sitter puis réalisatrice. Ce quʼon sʼobstine à nommer «documentaire» est pour moi lʼart de la rencontre. Jʼai commencé à filmer mes moments de baby-sitting dès le début sans but précis avec la webcam de mon ordinateur. Ce nʼétait pas de lʼautisme de Mahé dont ces images parlaient mais bien de la rencontre de nos deux singularités et ce que nous nous apportions lʼun lʼautre. » Violette AYMÉ

« Le ciel est bleu parce que la nuit est éteinte est une phrase que Mahé a prononcée en regardant par la fenêtre lors d’une séance chez son psychanalyste. Ce film est réalisé par Violette Aymé, dans le cadre de sa dernière année d’études de cinéma alors qu’elle s’occupe de Mahé  depuis 6 ans. Il est un éloge à leur rencontre unique et témoigne d’un façon toute poétique de l’aventure quotidienne dans laquelle chacun d’eux se retrouvent pour construire un îlot hors d’un monde trop normé. » Alexandra DAUPLAY-LANGLOIS

« Une très belle rencontre entre deux êtres qui apportent à chacun d’eux et aussi au public l’essentiel de la vie soit ce qui de l’indicible incite chacun de nous comme disait le poète à trouver une langue, la sienne. De plus Mahé invente des constructions artistiques pour traiter le réel auquel il a affaire . […] Nous avons tous à prendre de la graine de ce qu’il nous montre de son savoir y faire avec cela. C’est un fabriquant de beauté et ainsi il a trouvé tout seul sa défense dernière contre le réel. Il crée devant nos yeux grâce à l’intelligence et la finesse des yeux caméras de Violette son monde en trois dimensions […]. Mais le secret de ce film n’est-il pas dans le fait, que ce couple inédit et indicible de Violette et Mahé en les entendant ainsi se mouvoir dans la langue, de nous émouvoir au point que l’on se sente nous mêmes aussi invités, grâce à eux, à la dignité de se savoir être humain ? Merci donc à Violette, à Mahé mais aussi à leurs parents qui ont su mettre au monde de telles étoiles filantes. Avec eux le ciel sera toujours bleu ! » Philippe LACADÉE

« L’enfant, Mahé, trouve ainsi un lieu dans le regard de Violette, la baby sitter qui se laisse intriguer, sensible à la différence. C’est une chance pour chacun d’eux cette aventure, qui va leur laisser une trace indélébile. Une condition reciproque est respectée : «Je te permets de rentrer dans mon jeu, si tu n’interviens pas, ainsi je me pourrait me nourrir de ta présence.» L’enfant veille à que la jeune fille inexperte du réel, ne tombe pas dans les trous noirs de l’existence. Il la rassure lui disant «nous allons faire semblant, ne t’inquiète pas.» La baby-sitter se sent alors indispensable,  responsable. Elle vient le visiter chaque jour comme au Petit prince, jusqu’à se faire apprivoiser tous deux.

Tout cela n’est pas du cinéma, c’est la vie qui se met tout à coup à battre de ses propres ailes et à les attraper en plein vol ! La beauté surgit, un nouveau regard aussi. Nous sommes les témoins heureux de ce doigt levé avec force contre la surdité des autres. Mahé et Violette se bricolent une vie en résonance avec la bataille quotidienne des parents del l’enfant, une bataille contre la norme et pour la singularité. Les mots choisis sont leur arme à tous, le reste arrive direct en plein coeur du spectateur. Ce film est le miroir de leur âme conjointe, il donne avec élégance la parole à cet enfant qui à l’aide de ses personnages et avec sa voix, proclame son droit : « J’ai envie de dire ce que je veux dans ma vie à moi. » « J’ai negocié de virages pendant toute la vie. Mais malheureusement il fallait qu’un jour je tombe en panne en pleine nature de mer. L’histoire en fait, est que depuis que je suis atterrit ici, je suis tombé en panne, donc du coup j’étais mal garé. Dépanné, un treuil est venu m’advertir que je suis mal garé. Il m’a accroché à sa grue. Voilà tout ! Au vrai film les amigos ! Ciao amigos ! » Mariana ALBA DE LUNA

////

Rendez-vous au 5, rue Eugène Oudiné, 75003 Paris à 19h

Entrée gratuite

Contact : 01 40 77 46 70 – contact@centreoudiné.org – lamainaloreille@gmail.com

Exposition du 1er au 24 décembre 2015

Advertisements
Cet article, publié dans Projection Le ciel est bleu parce que la nuit est éteinte, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.