L’effet VoxMakers

Suite à la publication de l’article de Joel « proposition d’un traité de paix entre Disney, Dreamworks, et quelques autres comme tentative de conjurer le pouvoir de destruction de mettre fin à la guerre », nous avons été saisis d’une demande de rectification par Fedora au nom du collectif VoxMakers. En effet, Joel soupçonnait ce site de vouloir diviser les fans. Les jours passèrent et aucune réponse à son traité arrivait, Joël se sentait même déçu. C’est avec une certaine émotion que nous avons accueilli cette réaction de Fedora.

Fedora se dit touchée par la démarche initiale et estime à sa juste valeur la signification de ce traité, mais elle souhaite que nous mettions à jour l’article avec les précisions suivantes : Il n’est pas question de favoriser les fans de Disney au détriment de ceux d’une autre maison de films d’animation… Sur les milliers de commentaires reçus chaque jour, une proportion minime sont méprisants, mais c’est la première fois que ceux-ci sont mis en avant… Bien au contraire, nous proclamons à longueur de temps des valeurs de tolérance vis-à-vis des différentes communautés. Aussi, et bien que nous comprenions parfaitement la démarche – au demeurant très noble – de votre association, vous comprendrez aisément notre désarroi face à un article qui relate des propos que nous n’avons jamais tenus et contraires à nos valeurs… Evidemment, nous comprenons parfaitement la démarche de sa thérapeute, respectons cette retranscription de l’interprétation de Joel, et ne demandons bien sûr pas à ce qu’elle change. Cependant compte tenu des circonstances, nous souhaiterions simplement vous demander de mettre à jour cet article afin d’éviter de nous faire passer pour ce que nous ne sommes pas, en précisant simplement que notre point de vue réel est évidemment l’ouverture culturelle et non pas de “forcer les amateurs de différentes maison de production à s’affronter dans une rivalité stérile”.

Disons tout de suite que nous avons-nous même étés touchés par le caractère respectueux de ce courrier et nous l’avons fait suivre à Joel. Les effets ne se sont pas fait attendre ! Nous avons reçu des nouvelles par Christiane, sa thérapeute : J’ai donc annoncé la nouvelle à Joel hier. Il en a été très ému, même bouleversé. Pour lui c’était un véritable soulagement de découvrir qu’ils n’étaient pas malfaisants, pas ses ennemis (ou les ennemis de Dreamworks), pas destructeurs… et qu’il y avait « malentendu »! Pour la petite histoire, Joel s’est dépêché de rappeler ses vaisseaux partis en mission de destruction de VoxMakers! Il me disait: « ohlala, on a évité la catastrophe, j’allais détruire des gens très bien! ». Cette expérience va lui permettre de passer à un autre registre que celui de la destruction. Il découvre que pour éviter les malentendus on peut, par exemple demander l’avis d’autres personnes sur ce qu’ils comprennent, ce qu’ils entendent. Il s’agit de parler!

La main à l’oreille remercie VoxMakers d’avoir contribué à cette évolution. Dorénavant, Joel vous donne rendez-vous sur notre blog pour les chroniques de films d’animations qu’il s’est mis à rédiger avec beaucoup d’enthousiasme.

—–

Le traité de paix de Joel 

Nous avons été contactés, de Suisse, par Joel et sa thérapeute pour diffuser un message important. Nous sommes très honorés et très heureux de répondre à cette demande.

Joel est un jeune homme de 17 ans passionné par les films d’animation, surtout ceux de DreamWorks. Son monde imaginaire s’est trouvé enrichi et soutenu par les aventures des personnages qu’il y rencontre, qui deviennent ses amis. Avec leur aide, et celle d’un partenaire thérapeute averti, il règle son rapport au monde. C’est un appui précieux pour lui.

Joel se reconnaît autiste, il dit avec fierté : « nous les autistes, nous sommes différents». Joel considère que les différences sont faites pour s’entendre. Or, face à certaines déclarations sur le net de ceux qui voudraient forcer les amateurs des différentes maisons de production à s’affronter dans une rivalité stérile, il pose un acte pour s’y opposer. C’est son invention : l’offre d’une entente où la différence puisse être logée, acceptée. Magnifique déclaration de paix et de reconnaissance, qu’il peut énoncer, d’accord avec lui-même. A sa demande, nous publions son « traité de Paix » qui nous l’espérons, sera entendu et respecté. 

Diapositive1

Joel

J’ai vu un site internet (Voxmakers) où des fans veulent diviser d’autres fans et où ils traitent les fans d’autres films d’animation que ceux de Disney de « débiles » et de « démons ». Ca m’a mis dans une colère noire car je suis un fan inconditionnel de Dreamworks (qui a produit le film « Monstres contre Aliens », un très bon film que je vous conseille !)

Ce n’est pas parce qu’on aime quelque chose que tout le monde aime que ça nous rend supérieur ! On appelle ça la suprématie et ça conduit à d’énormes conflits !

Je suis finalement arrivé à conclure un traité de paix entre les maisons de production de films d’animation, Disney, Dreamworks, Pixar, Twenty Century Fox, Sony Picture, Toei, et d’autres que j’oublie d’énumérer.

Traité de paix JOEL

Vous êtes libres d’aimer ce que vous voulez ! (pas seulement Disney et Pixar et…) Les fans de Disney et Dreamworks peuvent s’aimer !

Joel

Suisse

Diapositive1

Christiane, sa thérapeute, a bien voulu nous donner quelques commentaires :

Les héros de « Monstres contre Aliens » sont des justiciers, leurs combats sont destinés à sauver la planète. Depuis l’enfance, un exemplaire de la BD accompagne Joël pour l’aider à aborder les situations où il se sent débordé ou mis en danger. Quand il est en confiance, il consent à lâcher l’objet pour se concentrer sur les apprentissages.

Cependant, à l’adolescence, à l’arrivée dans une nouvelle école, on lui a dit qu’il n’avait plus l’âge pour les dessins animés. Ce dire a conduit à une fracture. Pour Joel, c’était une façon de détruire son enfance (c’est ainsi qu’il le dit), et donc d’une certaine manière de le détruire lui. La découverte du site de Voxmakers, qui se consacre à la critique de dessins animés ou autres jeux vidéo, est venue alimenter cette certitude. Joël se retrouvait mis en danger par ce qu’il ressentait comme la rivalité organisée entre Disney et Dreamworks (producteur de « Monstres contre Aliens »).

C’est alors que Joel a conçu sa proposition : un traité de paix entre Disney, Dreamworks, et quelques autres, comme tentative de conjurer le pouvoir de destruction et de mettre fin à la guerre !

Christiane

Advertisements
Cet article, publié dans Chroniques et oeuvres des aRtistes de LaMàO, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.