Zoé, de ses cris à son écriture

Zoé, de ses cris à son écriture…

Par Françoise BAUDOUIN

Texte présenté à Angers le 6 février 2016 à l’après-midi Autisme, parier sur le sujet

Zoé a 26 ans. Elle est arrivée au centre de Nonette il y a 9 ans.

Elle criait beaucoup. Elle était terrorisée… passer une porte lui était impossible… l’approcher, nous était impossible… Sa peur de l’autre était si grande que l’accompagnement de la vie quotidienne (toilette, habillement, …) se faisait sous des cris stridents, accompagnés de paroles et de gestes de rejet.

Zoé n’écrit pas, elle n’a jamais appris à lire non plus, mais elle se soutient d’images de nombreux livres qu’elle tient dans ses mains comme un appui.

Sur les conseils de Danièle Rouillon (éducatrice spécialisée au CTR de Nonette et Psychologue Clinicienne), pensant qu’il est important de lui apporter quelque chose de son univers familial, je lui achète des revues de décoration et des livres d’art. Zoé les tourne, les retourne, les repousse puis les reprend. Parfois, les pages restent ouvertes, semblant montrer quelque chose… puis, par ce jeu d’aller-retour et de mise à distance, les pages se froissent, les livres se plient en accordéon et les feuilles froissées se déchirent. Elle les pose alors sur le sol les unes à côté des autres, telles les vignettes d’une bande-dessinée racontant une histoire…

Un jour alors qu’elle faisait sa toilette avec Danièle Rouillon, Zoé lui adresse ce qu’elle allait interpréter comme une activité d’écriture.

Et voici l’extrait d’un texte qu’elle a écrit sur ce moment très singulier qui marquera le début des créations de Zoé :

[… D’abord Zoé passe et repasse ses doigts sur le mur au-dessus de la baignoire. Puis avec son corps, elle invente un outil de graphisme. Elle plie son majeur sur son index, pince son pouce sous l’index et avec ce nouage de doigts où seul le majeur dépasse, elle décrit une sorte d’écriture sur le mur.  Elle trace des boucles sur toute la longueur du mur, puis revient au début du mur, comme pour écrire la ligne suivante. Elle est calme, ne crie pas. Bien au contraire, elle s’applique de ligne en ligne jusqu’au bas du mur, puis sur le mur à côté, pour utiliser toute la surface jusqu’au bord de la baignoire. Du mouvement de ses doigts, au fléchissement de ses jambes, à la torsion de ses hanches, elle investit tout son corps dans cette activité d’écriture invisible, qu’elle observe en discontinu. Le trajet précis, rapide, déterminé de ses doigts, ses mouvements de corps évoquent la scène légendaire du « prof » qui rédige au tableau sa démonstration mathématique… ]

Danièle Rouillon lui propose les jours suivants, de rendre lisible ses tracés, en déposant une matière sur le mur, dentifrice, argile ou peinture…

Trois années passent lorsque dans le cadre de la révision de la Tutelle, Zoé se rend avec Danièle Rouillon chez un médecin psychiatre. Zoé criant beaucoup, elles avaient mis beaucoup de temps à accéder jusqu’au cabinet du médecin. Alors qu’ils discutaient, Zoé s’était arrêtée de crier et se tenait droite et silencieuse. Elle avait décroché un tableau qu’un patient avait offert au psychiatre et s’en était saisie. C’est un tableau représentant des motifs totémiques très colorés (elle aimait alors beaucoup une bande-dessinée du petit indien Yakari, rappelant certaines BD d’indiens que lisait son père, décédé alors qu’elle avait 7 ans). Le médecin très attaché à ce tableau mais néanmoins sidéré par cet acte et cette décision de Zoé de se saisir de ce cadre lors d’un moment marquant de son passage à sa vie d’adulte, décida de lui donner et de la laisser ainsi repartir, se soutenant de ce tableau pour marcher, comme elle le faisait d’un livre.

Zoé tournait toujours et repoussait les objets autour d’elle, les faisant chuter, à distance. Il était impossible qu’elle conserve du matériel dans ses mains. Danièle Rouillon lui proposa alors de créer, « de faire de la sculpture sur peinture » – ce sont ses termes – reprenant des signifiants en lien avec son père sculpteur sur verre et moi-même. Elle lui fixa solidement un carton toilé sur une table, y déposant une grande quantité de peinture.

Je reprends de nouveau un autre extrait du texte de Danièle Rouillon décrivant cette première œuvre de Zoé :

Zoé2[… D’emblée elle reprend son style de graphie avec tous les doigts, puis, repliés en pince. Ma présence semble pesante, elle crie, tente en vain de décoller la toile. Je lui propose de peindre seule en l’assurant de ma présence absente « je suis par là“. Seule elle s’apaise et s’anime. A nouveau, elle fait corps avec l’écriture, fléchit ses jambes, pose sa poitrine, ses avant-bras sur la toile. Ses doigts recouverts de peinture font des grands trajets sur la toile, s’étendent sur la table, sur les murs. Elle s’accroche au bord de la toile. Ce qui semble important pour elle, c’est le toucher. Ce qui est sidérant, c’est qu’elle réalise ses reliefs sans leur porter un regard soutenu.

Oeuvre de Zoé

Oeuvre de Zoé

Je l’observe dans la mince ouverture de la porte. Je lui rends visite. Face à moi et face à la toile de peinture sculptée, Zoé se redresse de tout son corps et affiche une fierté victorieuse. C’est une petite jubilation. Elle hausse une épaule puis les deux, reste en suspens, les sourcils levés. Elle esquisse de brefs sourires ironiques et manifeste une satisfaction certaine. Etonnée, tranquille, Zoé me regarde droit dans les yeux. C’est une manière nouvelle de s’adresser à l’autre qu’elle instaure aussi dans la vie quotidienne. Elle n’est plus effrayée. Devenue souple et agile, elle vient à la rencontre avec ce paisible étonnement ironique. Quand je l’avertis que nous allons conclure, elle s’accroche encore à la toile. Je lui propose de continuer encore un peu. Je tiens la toile verticale devant elle. Et là d’un geste bref, elle griffe la toile avec ses ongles, y apposant une sorte de signature en manifestant une détermination assouvie…]

A la suite de cette séance, Danièle Rouillon m’envoie alors une photo de cette première toile de Zoé. Je suis étonnée, touchée, émue d’être emportée par cet univers créatif de ma fille. La première chose que je vois de façon sidérante dans un coin de la toile, est un portrait d’une jeune fille semblant être le sien… laissant sa trace comme un sceau, et semblant dire « coucou, c’est moi ! »… comme du « bien vivant » !

Et là, quelque chose de fort s’est inscrit pour moi… quelque chose de l’ordre du désir, d’un désir soutenant, qui allait se mettre en route… et délaisser au fil du temps la « chute » – je reprends volontairement ce terme faisant référence au « faisant chuter » de Zoé – et l’abandon, qui s’étaient produits en moi lorsque je compris que ma fille n’évoluerait pas comme les autres enfants.                                                              

FZoé a continué son travail avec Danièle Rouillon qui lui proposait régulièrement de créer avec de la peinture verte – du vert/verre, signifiant en lien avec son père – et dans laquelle elle a sans doute indiqué dès le départ quelque chose de son « affinité ». Elle y a tracé des entrelacs, nouant et dénouant des nœuds superposés d’une profondeur étonnante.

 

Oeuvre de Zoé

Oeuvre de Zoé

Souhaitant présenter son travail lors d’expositions, à la Main à l’Oreille ou à l’ARS de Clermont-Ferrand, Danièle Rouillon me fit participer régulièrement au choix des encadrements des toiles, à la rencontre d’une photographe pour lui créer un book, etc…, me permettant ainsi d’investir à distance ce projet autour de ma fille.

Mais depuis un an, lorsque je me rends à Nonette pour voir Zoé, je participe à ses séances de peinture. Il n’y a plus besoin de fixer la toile car elle ne repousse plus et ne jette plus tout ce qu’elle approche/ ou ce qui l’approche.

Elle se met au travail progressivement, grimant son visage au fur et à mesure qu’elle entre dans son mouvement ; cette peinture sur son visage, évoquant les peintures indiennes, porte à rire mais permet néanmoins une distance de notre regard vers d’autres points que le sien.

Zoé

Zoé

Elle y va avec tout son corps, ses avant-bras font traces, elle noue ses mains, tapote de ses doigts ou gratte de ses ongles. Le bruit est très présent… crrrrrr… Elle se penche sur sa toile, s’y accroche, pousse de petits soupirs ou gémit de plaisir puis se redresse, se tient droite, rit ou sourit; elle nous adresse des regards profonds, partageant avec nous la joie du vivant dans un calme et une paix absolue.

ZoéAinsi, à chaque séance, elle nous entraîne vers de nouvelles découvertes, nous amenant à trouver avec elle d’autres solutions à lui proposer. Le champ est ouvert… et chaque conclusion est ponctuée par un corps redressé, une allure fière et un geste décidé et joyeux de Zoé, faisant acte de signature de son travail.

Ma présence aujourd’hui lors de ces séances de peintures – qui n’ont de vocation ni un atelier occupationnel, ni une activité mécanique, mais l’espace que Danièle Rouillon lui offre – se veut légère… Je suis là, nous bavardons, et je photographie. Je m’active moi aussi et ne suis pas dans la fixation de l’attente d’une œuvre de ma fille.

 

Oeuvre de Zoé (détail)

Oeuvre de Zoé (détail)

J’ai commencé à photographier Zoé dans sa gestuelle, capturant ainsi un rapport très intime de son corps à la toile. Par ailleurs, mon attirance pour le travail du détail et des matières, m’a amené à zoomer sur certaines parties de ses tableaux, surprenant alors des détails de graphisme et de couleurs, qui ouvrent un œil nouveau et permettent un autre regard sur cette écriture singulière qu’a inventée Zoé.

Ce qu’elle écrit avec son corps évolue au cours des séances, les nœuds se dénouent, se lâchent, laissant place à une gestuelle plus élancée où chacun y voit ce qu’il veut… Cette écriture du corps a supplanté les accidents du corps – d’un corps pris par un « trop d’angoisse ».

Elle est aujourd’hui allégée, dans un élan retrouvé, où nous avons « noué », « entrelacé » de nouveaux liens tendres et apaisés.

Ce choix créatif dont Zoé a fait son « affinity » est soutenu par le désir et la détermination de Danièle Rouillon, qui lui a permis alors d’inventer sa propre modalité d’écrire ou de dire « pour faire avec son corps » et lui a apporté ainsi, un cadre où ses écritures singulières se sont substitués à ses cris.

Aujourd’hui, Zoé est calme, elle ne crie plus… mais elle ne parle plus non plus…

Elle est paisible, libérée de ses paroles répétées en boucle et de ses cris envahissants. Alors, « accepter de ne pas avoir toutes les réponses » comme l’a écrit Mireille Battut dans son article « Suivre le fil des inventions autistiques », s’est construit doucement afin de prendre sens à présent et ainsi accepter de me laisser enseigner de ses trouvailles, marquant l’évidence qu’elles sont bien les siennes…

Mon désir de mère a pu se tricoter durant toutes ces années grâce au travail en lien avec Jean-Pierre Rouillon, directeur du CTR de Nonette, Danièle Rouillon et toute l’équipe, en suivant le fil des inventions de ma fille et ainsi vivre avec elle une relation joyeuse et bien vivante.

Je les en remercie très profondément…

Publicités

A propos LaMàO1

« La main à l’oreille » a été créée par des parents et amis de personnes autistes, avec pour objectif de promouvoir une approche qui prenne en compte leur subjectivité et accueille leurs inventions. Nous considérons qu’une place doit être faite, dans la Cité, au mode d’être autistique, sans se référer à une norme sociale ou comportementale. Dans l’éventail de leurs expressions, les autistes nous montrent qu’aucune personne autiste n’est pareille à une autre, comme il en est pour tout un chacun. Ils confirment ainsi que l’autisme, inséparable de la personne, ne la résume pas. Nous souhaitons en témoigner dans notre association.
Cet article, publié dans Chroniques et oeuvres des aRtistes de LaMàO, Non classé, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.