Retour sur la journée turbulente du 2 avril à Paris par Marie-Annick Dion

Retour sur la  journée turbulente du 2 avril à Paris 

par Marie-Annick Dion (Antenne Normandie)

Les Chapiteaux Turbulents : le destin de la Poupée Casquette

DSCF1428Quand je pense à cette jolie journée aux Chapiteaux Turbulents, je pense à tous ces petits moments que j’ai surpris en regardant vivre les enfants dans ce lieu sans pareil. 

Si j’ai aimé profondément rencontrer les « grands », parents et amis de ces enfants, j’ai par dessus tout été bouleversée de voir les « petits » venir habiter leur événement, leur journée, avec tant de personnalité. 

J’ai vu Mahé, campé devant ses œuvres exposées, demander à la petite sœur d’Enzo : 

  • T’es un enfant de La Main à l’Oreille toi aussi ?
  • Ouais. C’est grâce à mon frère !, lui répond Julie, très fière.

J’ai dû négocier avec une petite dame haute comme trois pommes qui voulait emmener Autre Chose, l’objet précieux de Théo : j’ai troqué un dinosaure sacré contre un galet coloré.

J’ai vu le preneur d’images renoncer un moment à filmer, poser sa caméra et s’asseoir derrière Enzo, les yeux grands ouverts, sidéré de voir apparaître des monuments numériques sous les doigts agiles d’un architecte des pixels.  

Les enfants improvisaient leur journée, circulaient, partie prenante des débats et des spectacles des grands. Mahé libérait les ballons, Lucille a chanté, Babouillec a laissé l’assemblée prendre la dimension de ses mystères. 

Mon Petit Traité d’Antoinologie, témoignage de la valeur de l’invention dans la rencontre avec l’autisme, était juste à sa place, là où il était supposé être, un livre parmi d’autres dans un chapiteau vivant. 

Il y a eu aussi toutes familles que je n’ai pas eu le temps de rencontrer, mais dont les interventions m’ont marquées, posant leur pierre dans ce grand décor coloré où il était en même temps question d’avoir les deux pieds dans le sérieux, dans la création, et dans le rire. 

Et puis il y a eu les moments d’après, que j’ai eu la chance de partager avec certains !

Des mamans d’enfants pas comme les autres traversent un supermarché en ayant cette discussion universelle sur celui qui mange de tout, celui qui ne mange rien, celui qui ne mange que ça, et celui qui ne mange pas de légumes.

12938205_1169919779684706_332306907100052815_nUne soirée qui jongle entre le sérieux et le rire, rassemblement improbable qui pourtant fonctionne comme une évidence.

La plus jolie des évidences, c’était celle de Louis, qui a trouvé naturel mais aussi un peu drôle de venir dormir près de moi. 

Je suis repartie riche de souvenirs précieux, et remplie d’énergie pour travailler. 

J’ai ramené une étrange poupée bleue, croisée sous ce drôle de Chapiteau. Maintenant elle habite chez moi et dort avec ma fille. Elle s’appelle la Poupée Casquette, et comme un clin d’œil, elle me rappelle au quotidien les jolis moments vécus avec les Turbulents.

Publicités

A propos LaMàO1

« La main à l’oreille » a été créée par des parents et amis de personnes autistes, avec pour objectif de promouvoir une approche qui prenne en compte leur subjectivité et accueille leurs inventions. Nous considérons qu’une place doit être faite, dans la Cité, au mode d’être autistique, sans se référer à une norme sociale ou comportementale. Dans l’éventail de leurs expressions, les autistes nous montrent qu’aucune personne autiste n’est pareille à une autre, comme il en est pour tout un chacun. Ils confirment ainsi que l’autisme, inséparable de la personne, ne la résume pas. Nous souhaitons en témoigner dans notre association.
Cet article, publié dans Journée de l'autisme 2 avril 2016, Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.