Retour sur la journée du 2 avril au Parc floral

Journée du 2 avril au Parc floral pour représenter LaMàO à la Journée Internationale de l’Autisme organisée par la Mairie de Paris

Par Françoise Baudouin (parent, Antenne Ile-de-France)

Avec Ségolène Neuville, Secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées

Avec Ségolène Neuville, Secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées

Ce samedi 2 avril, Journée Internationale de l’Autisme, nous étions accueillis avec d’autres associations de parents dans un Parc… Floral… et comme c’est le printemps, des bourgeons, nous en avons eu… 

Nos jeunes artistes dévoilaient à peine leurs singulières productions que les premiers curieux  arrivaient… curieux de qui nous étions, nous qui occupions fièrement l’espace de notre bonne dizaine de panneaux ! 

« Alors, qui sommes-nous ? Que dire ? Comment ? … Nous sommes une association de parents, d’amis et de personnes autistes qui accueille les inventions singulières des jeunes…»

– C’est vous qui faites ça ? Vous organisez des ateliers ? 

Oeuvre de Philippe B., 7 ans

Oeuvre de Philippe B., 7 ans

Devant la tête interrogative de certains parents en recherche d’une solution, ne comprenant pas très bien de quoi il en retournait de ces INVENTIONS que l’on accueille, il a fallu aller chercher plus loin, plus loin au fond de nous… et c’est ce jeune garçon, tenant la main de ses deux parents qui nous a ouvert la voie/voix.

Les parents très doux, ont trouvé un espace pour raconter leur expérience, oser parler de la création de leur enfant, du plaisir et des effets apaisants qui pouvaient en résulter. Nous avons accueilli leur parole timide, intime et tellement fière qu’ils sont revenus l’après-midi pour nous apporter une œuvre de leur fils que nous avons saluée comme étant la première d’une série d’un nouveau petit artiste de LaMàO… 

Nous étions cinq sur le stand, passant des uns aux autres, nous mouvant dans une danse très singulière elle aussi, relayant parfois la voix de l’autre. Il y avait du monde sur ce stand, du monde qui venait, puis revenait, certains prenant le temps de regarder les œuvres une à une, convoquant l’étonnement, l’émotion, l’admiration…

Omar

Omar

Et puis il y a eu Omar avec sa famille, ses parents touchés et si touchants de voir les dessins de leur fils. 

Il y a eu ce compositeur-pianiste cherchant la couverture de sa future composition, arrêté devant une peinture de Zoé qui lui évoquait par ses griffures, une portée de musique… et ce papa fasciné par l’écriture graphique de David recouvrant tous les murs de sa chambre.

Puis ces jeunes étudiantes avides d’en entendre encore… et cette psychologue lisant ligne par ligne les textes racontant l’accueil de la singularité de ces jeunes artistes… 

Françoise Baudouin

Françoise Baudouin

Une maman s’est dirigée droit vers nous; elle était encore si émue en nous confiant son désarroi le jour où le diagnostic de l’autisme a été posé pour sa fille, il y a quelques mois de cela. Et parmi tous les représentants des autres associations invitées également ce jour, c’est presque comme instinctivement qu’elle est venue à nous. A-t-elle été touchée par toutes ces écritures si singulières de ces jeunes qui donnaient à voir le plaisir de créer et quelque chose de l’intimité de la rencontre avec chacun d’entre nous?

Alors, soutenus de l’expérience des Antennes de province, nous avons parlé de cafés-parents, de lieux d’accueil, d’écoute et de rencontre, de lieux « d’inventions à accueillir » et d’autres projets à naître… 

Les parents ont pu rencontrer là une écoute et un autre discours, celui de faire avec son enfant et de ne pas céder sur ce qu’il a de si singulier en lui, pour en faire naître la fierté d’être les parents de ces enfants extraordinaires qui peuvent nous ouvrir à autre monde…  

Advertisements
Cet article, publié dans Journée de l'autisme 2 avril 2016, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.