La lune et le roi, par Aurore Cahon

La lune et le roi

Par Aurore Cahon 

PART_1465648042386Ce texte, écrit récemment, est le fruit d’une rencontre tout d’abord avec notre fils, puis son autisme. Il traduit les étapes traversées et il faut bien se l’avouer, une quête vouée à l’échec, d’un enfant qu’il n’était plus… 

La tristesse insondable qui s’emparait de lui.

La période décrite est à la fois :

– Un isolement progressif, et opaque dans lequel notre fils s’est enraciné.

– Les moyens mis en œuvre pour l’en sortir qui nous ramenaient invariablement au point de départ.  

– L’abandon de tout ce qu’on a pu lire ou entendre pour pouvoir, non pas le sortir de là, mais Entrer.

– Et enfin, la Rencontre que je qualifierai plutôt de retrouvailles !

J’en profite pour remercier infiniment les merveilleuses personnes qui à travers leurs témoignages, leurs soutiens, ont éclairé mon cheminement, pour parvenir à l’écrire.

La Lune et le roi

La Lune était triste. Le roi tout puissant.

La Lune se rappelait quand elle était soleil.

Le roi était toujours en quête.

La rencontre des deux semblait impossible.

La lune incomprise, devint éclipse. 

Le souverain était tourmenté. Partagé entre ses désirs contraires. 

Il se perdit en chemin.

Le mystère s’épaississait… 

Le roi pensait dire et faire vrai, mais la lune se braqua… 

L’éclipse se figea et l’obscurité s’invita.

Ils marchaient désormais dans le noir.

Le roi compris que s’il voulait revoir, il allait falloir faire machine arrière.

Alors  il écouta. Il eut bien sûr l’inévitable envie de reprendre, fort de ses convictions, tantôt conquérant, tantôt dévasté du pied de nez de la lune.

Il comprit enfin qu’il ne savait rien. Et s’il voulait que la lune revienne, il  fallait ne plus être roi.

Ne rien savoir c’est horrifiant.

Dans le noir, le roi crie : « je laisse ma couronne. Où es-tu La lune ? Apprends-moi ! »

La lune cachée par le soleil, se montra.

Elle était cristalline, d’une rare pureté. Baigné par sa lumière, le roi émerveillé se mit à genoux devant l’astre : « Insolent de mon dit-savoir, je n’avais pas vu que c’était toi que j’avais toujours cherché ! Sauras-tu un jour me pardonner ? » 

La lune sourit. Elle se mit à chanter.

Advertisements
Cet article, publié dans Parcours, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.