Les affinités des autistes. Film et débat le 15 novembre 2016 à Rennes

En introduction au débat sur l’importance d’accompagner les autistes à travers leurs affinité, le film de Solène Caron, « le Monde de Théo » sera projeté le mardi 15 novembre 2016 à la maison des associations, cours des Alliés à Rennes

Seront présentes pour représenter lors de la discussion Valérie Gay-Corajoud, mère de Théo et auteure du livre « Autre-Chose dans la vie de Théo » et Mariana Alba de Luna, Psychanalyste, soeur de personne autiste et chargée culturelle de l’association La Main à l’Oreille.

merged-compressed_000001

 

 merged-compressed_000002

Valérie Gay-Corajoud raconte comment elle et sa famille ont laissé sa place et son temps au petit dernier, Théo, diagnostiqué autiste. Loin des méthodes préconisées par les spécialistes et résistant aux diverses pressions sociales et médicales, Valérie et les siens prennent le parti de suivre les affinités de Théo afin de cheminer à ses côtés et de lui offrir le temps de s’adapter au monde. Au long de cet interview ponctuée de photos et de vidéos, elle raconte les douleurs et les joies, les découragements et l’espérance, les inventions des uns et des autres dans le respect et la bienveillance. Elle parle du mutisme et des automutilations, des rituels et de la solitude… Mais aussi du retour au langage réinventé, des progrès ponctués parfois de quelques régressions, des apprentissages qui s’installent au fil des jours. L’autisme non comme un handicap, mais comme une particularité. Petit à petit, toujours soutenu par les siens, Théo trouve la force et le courage de s’engager sur cette passerelle fragile mais accueillante qui lui permet de naviguer de son monde autistique à celui de sa famille, puis du reste du monde. Dans ce film, la maman de Théo témoigne avec sensibilité et finesse, de son vécu de mère d’un enfant autiste ainsi que de tout le travail qu’elle a dû mener pour tenter de dire l’indicible de l’autisme. C’est un film qui ouvre vers l’universalité de la condition humaine. Vers la beauté du singulier lorsqu’on peut se risquer à le découvrir et l’accepter.

Voir le Teaser de l’interview : Le monde de Théo

16

Advertisements
Cet article, publié dans Projection Le Monde de Théo, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.