La chronique de Joël : Pixar et Disney c’est bien sauf leurs fans

Chers parents, 

Certes, je ne suis pas l’objectivité personnifiée cependant je voudrais témoigner de mon grand agacement envers les fans de Pixar partout dans le monde. 

Pour les néophytes : une Fanbase est le nom anglophone pour citer une communauté de fans. En voici quelques-unes : 

Trekkies Waries Bronies 

: fans de Star Trek.
: fans de Star Wars.
: fans du dessin animé My little pony, l’amitié c’est magique. 


Par cette chronique, je voudrais remettre les points sur les « i » par rapport à ce que j’entends sur internet. Il est dit entre autre que : Dreamworks a copié Pixar. Les films de Pixar tels que 1001 Pattes, le monde de Nemo, Monstres & Cie et Cars ont effectivement une version adaptée par Dreamworks, comme Fourmiz, Gang de requins, Monstres contre aliens et Turbo. Cependant le plus souvent les scenarii sont vraiment différentes bien qu’ils parlent des mêmes personnages, du style insectes, monstres ou autres animaux. 

Par exemple :
1001 Pattes et Fourmiz parlent de la vie des petits insectes, les scenarii sont différents car Fourmiz « fourmille » de références à la pop culture comme lorsque la princesse danse avec le héros la même chorégraphie que dans Pulp fiction ou lors du débarquement des soldats dans l’antre des termites on revoit le débarquement humain sur Klendathu dans Starship Troopers. De plus, les combats entre les fourmis et les termites sont un peu violents, alors que 1001 pattes est un peu plus Bisounours.
Monstres contre Aliens par rapport à Monstres & Cie ne traite pas de la peur des enfants face aux cauchemars mais du handicap et de la difficulté à être accepter lorsque l’on est différent. Je connais bien le sujet ;-). Le scénario est si différent que l’on ne peut accuser Dreamworks d’avoir copié Pixar même si cela reste dans la thématique des monstres. Dans le monde de Nemo, Pixar traite l’enlèvement d’un enfant poisson alors que Gang de requins fait référence à la mafia, à la pauvreté et aux dangers des rues malfamées. Le premier est émouvant et nous fait pleurer et dans le second la musique est bonne et on rit bien. On s’attache aux deux protagonistes. Dans Cars les voitures parlent, elles font la course et c’est à peu près tout. Bien que Cars soit agréable à regarder, je trouve l’histoire de Turbo moins ordinaire, de ce fait plus intéressante. Turbo est un escargot normal qui, par un malencontreux accident se retrouve à boire de la nitroglycérine, ce qui lui donne le pouvoir de super vitesse, zarbi pour un escargot !

Bien entendu je n’ai pas cité tous les films sortis que je connais, on serait encore là dans 40 ans 😉 

Beaucoup de fans de Pixar dénigrent Dreamworks, leurs propos me touchent au plus profond de mon être car je suis un fervent fan de Dreamworks, cependant j’essaie de respecter autant que possible les avis différents du mien. De plus, certaines personnes disent que c’est les autistes qui détruisent Dreamworks, je suis autiste. Je n’ai pas trouvé d’explications à de tels propos. Le mot autisme est utilisé très souvent et trop négativement sur internet. Les personnes qui utilisent ce handicap à toutes les sauces ne pensent pas aux conséquences de leurs paroles sur des êtres tels que moi. 

Certains fans sont encore pires parce qu’ils dénigrent tout et tout le monde y compris les personnages de DW en disant qu’ils sont hideux par exemple. Parfois je voudrais agir comme eux pour leur renvoyer la balle. Mon énervement est si grand que je pourrais trouver des paroles encore plus blessantes à leur intention. Je me maîtrise parce que je fais confiance à la vie et à la nature, en espérant qu’elle leur fera changer d’avis… 

Je vous aime mes amis de Dreamworks et je vous respecte vous, perso de Pixar, Disney et autres sociétés d’animation.
Finalement, peu importante qu’un film fasse réfléchir ou non, il reste bien. 

Pavé CésarJoël 

Publicités

A propos LaMàO1

« La main à l’oreille » a été créée par des parents et amis de personnes autistes, avec pour objectif de promouvoir une approche qui prenne en compte leur subjectivité et accueille leurs inventions. Nous considérons qu’une place doit être faite, dans la Cité, au mode d’être autistique, sans se référer à une norme sociale ou comportementale. Dans l’éventail de leurs expressions, les autistes nous montrent qu’aucune personne autiste n’est pareille à une autre, comme il en est pour tout un chacun. Ils confirment ainsi que l’autisme, inséparable de la personne, ne la résume pas. Nous souhaitons en témoigner dans notre association.
Cet article, publié dans Les chroniques de Joël, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.