Nouvelle chronique de Joël : Les cyberharcelleurs.

Fans déçus, cyberharcelleurs, Social Justice Warrior… de quoi s’agit-il dans tout ça? 01

Ou: pourquoi je suis d’accord avec certains fans à propos de Starwars 7 et 8?

A force de surfer sur youtube, je constate qu’il y a une différence entre deux types de personnes : Les fans déçus, dont moi, et les cyberharcelleurs, ce que je ne serai jamais!

Les fans déçus, eux, disent juste leur avis, pas plus. Ils ne s’en prennent pas aux gens qui ne partagent pas le même avis qu’eux. Et leur avis peut changer, ils ne sont pas bornés si on débat avec eux.

Les cyberharcelleurs, eux, se saisissent de la 1ère occasion pour attaquer, sur les réseaux sociaux, les autres fans, ou encore les acteurs des films qu’ils n’aiment pas. Ils parlent de manière insultante, sont parfois racistes, misogynes, homophobes, bref, toute forme de ségrégation qui vous font permettre foi en l’humanité.

Dernièrement, j’ai vu la vidéo d’un gars dont je ne citerai pas le nom, qui généralise et confond les cyberharcelleurs et les fans déçus. Les fans déçus, comme moi, qui n’ont par exemple juste pas aimé la morale de (bip) de Starwars 8! Pour moi, cette morale, c’est: les anciens ne sont bons qu’à mourir, il n’y a que les jeunes de bons. Je ne partage pas cet avis, mais vraiment pas dutout! Et aussi, l’héroïne n’a que des qualités et aucun défaut. Moi je n’aime pas ça car du coup, elle n’a plus rien d’humain! On peut pas dire ça d’Elsa, dans un court-métrage inspiré de La Reine des Neiges,

02

qui  a  l’alcool  facile….  C’est  le  moins  qu’on  puisse  dire… LOL

03

 

 

 

 

 

 

Moi, je suis plutôt d’accord avec les anciens fans de Starwars, qui s’intéressent aussi bien à la prélogie qu’à la trilogie originale de l’histoire de Starwars, les films qui ont précédé Starwars 7 et 8. Moi, pour mes raisons à moi, j’aime Rogue One, sorti en 2016. C’est un spin-off (c’est-à-dire un film dérivé) de l’histoire des films Stars Wars. J’aime particulièrement cette scène où le robot prend une grenade et la balance avec désinvolture sur les Stormtrooper.

Préoccupé par cette confusion entre fans déçus et cyberhacelleurs, j’ai exploré cet été un autre type de personnes qu’on peut lire sur internet et qu’on appelle « Social Justice Warrior ». Wikipedia nous dit qu’à la fin du XXè siècle, ce terme désignait simplement des défenseurs de certaines causes sociales progressistes (féminisme, multiculturalisme, etc). Et que c’est au tournant des années 2010, quand le terme est apparu sur Twitter, qu’il a pris une autre connotation, c’est-à-dire péjorative. Désormais, « Social Justice Warrior » désignerait plutôt l’extrémisme.

Je me suis fait alors cette réflexion: c’est dans le passage sur les réseaux sociaux, ou plus généralement sur internet, autrement dit le passage du monde réel au monde virtuel (réseaux sociaux etc) que les propos des gens glissent vers l’excès, l’extrémisme !

Joël

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.